Circuit Bohème

Découvrez en deux heures trente, au sud de Paris, le 14ème arrondissement, calme et aéré, et sa vie artistique, culturelle, commerçante, sportive et associative intense, la vraie vie des parisiens.

  • Vous irez à la rencontre des artistes de Montparnasse, des coins secrets du 14ème arrondissement et des hauts faits de la résistance et de la Libération de Paris.
  • Vous croiserez une pléiade des destins célèbres, essentiellement des artistes des XXème et XXIème siècles : Hemingway et les écrivains américains de la « génération perdue », les sculpteurs Rodin, Bartholdi, Falguière, Bourdelle, Zadkine, Brancusi, Giacometti, Calder, César, les peintres Picasso, Modigliani, Foujita, Derain, Braque, Léger, Soutine, le Douanier Rousseau, Gauguin, Nicolas de Staël, Yves Klein, les musiciens du Groupe des Six, les photographes Man Ray, Eugène Atget, Henri Cartier-Bresson, les écrivains Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, les chanteurs Georges Brassens et Renaud, le scénariste Michel Audiard, les cinéastes Jacques Demy et Agnès Varda, et bien sûr Coluche.
  • Mais vous croiserez aussi les héros de la Libération : le Général Leclerc et le Colonel Rol-Tanguy, Jean Moulin et les résistants anonymes du quartier.
  • Vous vous imaginerez le plateau de Montrouge et ses moulins à vent avant l’annexion à Paris en 1860.
  • Vous apprendrez la légende du géant Isoré, chère aux écoliers du 14ème arrondissement.
  • Vous revivrez l’époque des « fortifs » et de la « zone ».
  • Vous pourrez même, si le coeur vous en dit, descendre du petit train au Marché aux Puces de la Porte de Vanves, le samedi et le dimanche matin, et chiner à votre guise les objets anciens, tableaux, vaisselle, bijoux et dentelles présentés par les 400 brocanteurs.
  • Le dimanche, vous pourrez aussi descendre du petit train au Marché de la Création Montparnasse et rencontrer des artistes d'aujourd'hui, 120 artistes qui vendent leurs oeuvres directement au public.

Pour en savoir plus, survolez les points d'intérêt numérotés sur la carte!

Rue Saint-Jacques - Ancienne route de Compostelle

Rue Saint-Jacques - Ancienne route de Compostelle

Axe nord-sud tracé par les romains. Au XIIème siècle, lors de la reconquête de l'Espagne aux Musulmans, les Chrétiens appelèrent l'occident à se rendre en pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle. A Paris, les pèlerins partirent de la Tour Saint-Jacques, pour emprunter cet axe vers le sud. Bordé d'églises et d'hospices pour voyageurs, il prit le nom de rue Saint-Jacques.

Hôtel des Abbés de Cluny - Musée National du Moyen Âge

Hôtel des Abbés de Cluny - Musée National du Moyen Âge

Hôtel particulier construit en 1485 pour être le pied à terre parisien des Abbés de Cluny (l'abbaye de Cluny, fondée en Bourgogne au Xème siècle, créa 1000 monastères). Il abrite le Musée National du Moyen Âge et les tapisseries de la Dame à la Licorne. Sa visite englobe celle des thermes gallo-romains, du IIème siècle. Pour alimenter leurs bains, les romains avaient pourvu Lutèce d'un aqueduc, qui acheminait l'eau depuis Wissous, près d'Orly, en passant par Montsouris.

Place et Théâtre de l'Odéon

Place et Théâtre de l'Odéon

Entrepris par Louis XV pour la Comédie Française, ce nouveau théâtre fut inauguré en 1782. La Comédie Française y resta peu de temps : elle déménagea, après la révolution, au Palais Royal. De nos jours, l'Odéon Théâtre de l'Europe présente les oeuvres d'auteurs étrangers. Depuis la fin du XIXème siècle, la place de l'Odéon est le fief des écrivains et des éditeurs.

Palais et Jardin du Luxembourg - Sénat

Palais et Jardin du Luxembourg - Sénat

Palais construit en 1615 par l'architecte Salomon de Brosse pour la reine Marie de Médicis, veuve d'Henri IV. Splendide jardin agrémenté de terrasses, bassins et fontaines. Le Palais du Luxembourg abrite le Sénat français, assemblée composée de 346 parlementaires élus au suffrage universel indirect et chargée d'examiner les textes de lois proposés par l'Assemblée Nationale.

Rue Vavin - Immeuble à gradins

Rue Vavin - Immeuble à gradins

L'immeuble du n°26, à façade en céramique blanche, fut construit en 1912 par les architectes Henri Sauvage et Charles Sarazin. Ce fut la première construction parisienne à étages en gradins. Avec sa végétation en cascade, cette première cité-jardin offrait aux appartements de l'espace, du confort et de la lumière. L'architecte Sauvage, qui avait précédemment participé à l'art nouveau, annonçait ici le style international de l'après-guerre.

Carrefour Vavin - Place Pablo Picasso - Les cafés

Carrefour Vavin - Place Pablo Picasso - Les cafés

Centre névralgique de Montparnasse, avec ses cafés et brasseries Le Dôme, La Rotonde, Le Select et La Coupole. A partir de 1908 affluèrent ici des artistes venus de partout à la rencontre de la liberté et de la bohème. A La Ruche, ensemble de 140 ateliers d'artistes installé dans le 15ème arrondissement, débarquèrent Léger, Chagall, Krémègne, Soutine et Kikoïne, Modigliani, Archipenko, Zadkine et Brancusi. Ces artistes s'affranchissaient de tout enseignement officiel. En 1925, on les regroupa sous l'appellation d'"Ecole de Paris".

Cimetière du Montparnasse

Cimetière du Montparnasse

Le cimetière fut créé en 1824, hors de la ville, comme le Père Lachaise et le cimetière de Montmartre, entrepris au même moment. Avec ses 19 hectares arborés, c'est un véritable parc abritant plus de 30000 sépultures, parmi lesquelles de nombreuses tombes d'écrivains : Baudelaire, Maupassant, Ionesco, Sartre et Beauvoir, et d'artistes de la rive gauche : Bartholdi, Soutine, Man Ray, Brancusi et Zadkine, sans oublier Gainsbourg.

Carrefour Edgar Quinet - Marché de la Création

Carrefour Edgar Quinet - Marché de la Création

Le carrefour correspond à l'ancienne Barrière du Montparnasse, une des portes du Mur des Fermiers Généraux de Louis XVI, où étaient perçues les taxes sur les marchandises. Cet endroit a toujours été très vivant du fait de la présence de la rue de la Gaité. Sur le terre-plein central du boulevard se tient les mercredis et samedis un grand marché alimentaire. Chaque dimanche, 120 artistes animent le Marché de la Création, et vendent leurs oeuvres directement au public.

Quartier breton - Les crêperies

Quartier breton - Les crêperies

Au n°22 de la rue Delambre se trouve la Mission Bretonne. Elle fut créée en 1947, près de la gare Montparnasse, pour orienter les nombreux bretons arrivant à Paris pour chercher du travail et un logement. La Mission Bretonne, pôle majeur de la culture bretonne à Paris, est résolument tournée vers la musique, la danse et le chant. Le régal est assuré dans les délicieuses crêperies bretonnes du quartier !

Eglise Notre Dame des Champs

Eglise Notre Dame des Champs

L'église fut construite en 1876 dans un quartier encore campagnard, mais déjà connu pour ses auberges et ses bals.

Studio Raspail

Studio Raspail

Bel exemple de l'architecture d'entre-deux guerres, au 216 boulevard Raspail. Le Studio Raspail fut construit en 1934 par l'architecte Elkouken pour une clientèle bourgeoise attirée par le style atelier d'artiste. Il comprenait au rez-de-chaussée un cinéma d'essai, fermé en 1982.

Immeuble rue Campagne-Première

Immeuble rue Campagne-Première

La rue Campagne-Première débute par l'immeuble d'André Arfvidson, primé au concours de façades de la Ville de Paris en 1911, grâce à son revêtement en grès flammé d'Alexandre Bigot. Toute entière, cette rue est vouée aux artistes. Elle accueillit entre les deux guerres les travaux des photographes Man Ray et Eugène Atget, et, dans les années 1950, ceux des peintres Foujita et Yves Klein.

Ecole Spéciale d'Architecture et Ecole Camondo

Ecole Spéciale d'Architecture et Ecole Camondo

Ces deux écoles forment ensemble une sorte de campus étudiant. La façade de l'Ecole Spéciale d'Architecture imite celles des demeures italiennes du XVème siècle. L'Ecole Camondo, un peu plus haut, occupe un bâtiment très contemporain. L'école Camondo dépend des Arts Décoratifs, et forme des architectes d'intérieur. Philippe Starck et Jean-Michel Wilmotte y ont été élèves.

Fondation Cartier

Fondation Cartier

Arche de verre réalisée par Jean Nouvel en 1994. La Fondation Cartier a pour vocation de promouvoir l'art contemporain. Elle organise des expositions d'envergure, qui attirent un public nombreux. Dans son jardin, devant l'entrée, on peut admirer le cèdre du Liban planté en 1823 par François-René de Châteaubriand, dont cet endroit était la propriété.

Place Denfert-Rochereau

Place Denfert-Rochereau

Elle s'appela d'abord place d’Enfer, parce qu'au Moyen Âge, on croyait que le diable habitait par là. Elle fut rebaptisée place Denfert-Rochereau, en hommage au gouverneur qui défendit Belfort contre les troupes prussiennes en 1871. Le Lion, sculpté par Auguste Bartholdi et inauguré en 1880, symbolise la résistance de Belfort. Les deux pavillons d'octroi de l'ancien Mur des Fermiers Généraux furent construits en 1784 par l'architecte Claude-Nicolas Ledoux. L'un de ces pavillons abrite l'entrée des Catacombes de Paris, ouvertes au public.

Quartier Hallé - Village d'Orléans

Quartier Hallé - Village d'Orléans

Ce fut l'un des tout premiers lotissements du futur 14ème arrondissement. En 1830, des spéculateurs immobiliers quadrillèrent quelques rues et commercialisèrent les parcelles réunies sous le nom de "Village d'Orléans". La placette en hémicycle de la rue Hallé en a gardé tout le charme.

Rue de la Tombe Issoire et Légende d'Isoré

Rue de la Tombe Issoire et Légende d'Isoré

Il était une fois, au Moyen Âge, un géant nommé Isoré, qui détroussait les voyageurs et les pèlerins sur la route d’Orléans et de Compostelle. Peu après l'an 800, au terme d'un terrible combat, Isoré mourut décapité par le chevalier Guillaume d'Orange. On enterra Isoré sur place, et le chemin d'Orléans devint la Tombe Isoré, ou Tombe Issoire.

Villa Seurat

Villa Seurat

Réalisation phare des années 1920. Cette impasse privée fut lotie par l'architecte André Lurçat, dans le but de proposer aux artistes des maisons ateliers moins coûteuses qu'à Montparnasse. Entre 1924 et 1931 il bâtit toute une série de villas, pour son frère Jean Lurçat, pour le peintre Marcel Gromaire, et pour d'autres artistes. Chaïm Soutine vint s'y retirer en 1937, après avoir fait fortune grâce à Gertrude Stein.

Couvent Franciscain

Couvent Franciscain

Avec sa haute silhouette de brique et de pierre rouge, il est typique de l'architecture de 1935. Contrairement à la plaque de la rue voisine, le Douanier Rousseau n'a jamais habité là, mais plutôt du côté de la gare Montparnasse.

Cité du Souvenir et Rue des Artistes

Cité du Souvenir et Rue des Artistes

L'une des oeuvres philanthropiques les plus importantes de l'arrondissement. Ensemble social de 200 appartements, destiné aux victimes de la guerre de 14-18, mutilés, veuves et orphelins, et entrepris par l'abbé Keller, figure du 14ème. La Cité du Souvenir, contemporaine des villas d'artistes du quartier, fut inaugurée en 1927. Tout près, la rue des Artistes comporte de nombreux ateliers, comme la maison atelier 1929 de Jean-Julien Lemordant, peintre de la Bretagne. L'impasse Gauguet fut l'adresse de Nicolas de Staël à partir de 1947.

Parc Montsouris

Parc Montsouris

Ce parc de 15 hectares fut créé à l'initiative de l'empereur Napoléon III, qui souhaitait offrir aux parisiens un espace vert à chaque point cardinal de la capitale. Haussmann et son ingénieur Alphand se chargèrent des travaux, de 1863 à 1878. S'inspirant des parcs londoniens, ils mirent en scène un paysage vallonné, créèrent un lac, des cascades, et donnèrent la part belle aux pelouses et aux grands arbres. Autour du lac, le théâtre de marionnettes, les balades en poney, les jeux de plein-air et le kiosque à musique font toujours le bonheur des familles.

Aqueduc gallo-romain et aqueduc de Marie de Médicis

Aqueduc gallo-romain et aqueduc de Marie de Médicis

Le parc Montsouris est traversé par les deux aqueducs historiques du sud de Paris. Sur le trottoir de l'avenue Reille, deux vitrines permettent d'en voir les vestiges. L'une donne sur un tronçon de l'aqueduc gallo-romain, du IIème siècle. L'autre permet de découvrir un morceau de l'aqueduc de Marie de Médicis, de 1623.

Immeuble Jean Perzel

Immeuble Jean Perzel

L'immeuble à l'enseigne de Jean Perzel, verrier d'art, fut construit en 1930. Il est signé Michel Roux-Spitz, référence de l'architecture parisienne de l'entre-deux guerres, dont le style se caractérise par des bow-windows à pans coupés et des façades en pierre blanche. L'aviateur Jean Mermoz habitait cet immeuble, et avait pris l'habitude, à chacun de ses départs, de le survoler pour saluer sa famille.

Tramway T3

Tramway T3

Sur les boulevards des Maréchaux circule depuis 2006 le tramway T3, qui dessert le contour sud de Paris.

Stade Charléty

Stade Charléty

Ce beau stade blanc aérien de 20.000 places est le fleuron sportif de la rive gauche. Il a été entièrement reconstruit en 1994. Autour de lui sont regroupés le Comité National Olympique Français, la Fédération Française d'Athlétisme et le PUC, Paris Universitaire Club.

Cité Internationale Universitaire de Paris

Cité Internationale Universitaire de Paris

Ici résident 5000 étudiants de plus de 120 nationalités différentes. La Cité fut décidée en 1922 par l'industriel Deutsch de la Meurthe, le recteur de l'Université Paul Appell et le Ministre de l'Instruction Publique André Honnorat. 37 pavillons, financés par leur pays, furent construits entre 1923 et 1968. Entière liberté fut laissée aux différents projets, si bien que la Cité est devenue un véritable musée d'architecture en plein air. Le Corbusier y a dessiné les pavillons de la Suisse et du Brésil.

Mire du Sud et Centre Météorologique

Mire du Sud et Centre Météorologique

La partie sud du Parc Montsouris, en altitude, joue depuis longtemps un rôle scientifique : le long du boulevard Jourdan, la stèle de pierre percée d'un oculus est la Mire du Sud. Elle matérialise le passage du méridien de Paris, qui passe également par l'Observatoire et par la Mire du Nord, sur la butte Montmartre. Le parc accueille aussi le Centre Météorologique de Paris-Montsouris. Créée en 1872, c'est la plus ancienne station météo de France.

Villa Güggenbühl et Maison Gault

Villa Güggenbühl et Maison Gault

La cubique Villa Guggenbühl fut construite par André Lurçat en 1927. Bien que cette maison ait subi des transformations malheureuses, elle reste, avec son auvent en pavés de verre sur la toiture, l'un des exemples les plus fameux de l'architecture moderne à Paris. La maison Gault est une réalisation des frères Perret en 1923. Elle marque l'entrée du square de Montsouris, loti en 1923, en 62 parcelles bon marché. Le square de Montsouris fut l'adresse des années de gloire de Foujita et d'André Derain.

Villa Ozenfant

Villa Ozenfant

Cette maison blanche est la première création de Le Corbusier à Paris : la maison-atelier du peintre Amédée Ozenfant, premier client français de l'architecte suisse, date de 1923. Elle annonce les futures villas de Le Corbusier, comme la Villa Savoye à Poissy. A côté, aux n°55 et 57, les maisons d'artistes de 3 étages, avec leurs bow-windows et leurs baies vitrées, construites en 1925, constituent un autre bel exemple du mouvement moderne.

Réservoirs de Montsouris

Réservoirs de Montsouris

Réalisés par Haussmann et l'ingénieur Belgrand pour alimenter en eau la partie sud de Paris. Ce réservoir, qui fonctionne toujours, fut mis en service en 1874. Dimensions impressionnantes : longueur 265 m x largeur 135 m. Belgrand le positionna à 80 mètres d'altitude, pour garantir une pression suffisante de l'eau à tous les étages des immeubles de la rive gauche. En parallèle, il dota le sud de Paris d'un troisième aqueduc , dit de La Vanne, complété depuis 1900 par l'aqueduc du Loing et du Lunain.

Collège Néerlandais

Collège Néerlandais

Un des édifices majeurs de la Cité Universitaire. Ce pur lieu d'avant-garde fut dessiné en 1927 par l'architecte moderne Dudok, dans un esprit influencé par Franck Lloyd Wright. Sa géométrie formelle, ses façades pures et ses jeux d'horizontales lui ont valu d'être classé monument historique. Il est actuellement fermé pour une rénovation qui devrait lui redonner toute sa splendeur.

Ceinture Rouge des HBM

Ceinture Rouge des HBM

La "ceinture rouge" d'immeubles en briques destinés aux "habitations bon marché" fut bâtie entre 1923 et 1935, sur les lieux des anciennes fortifications de Thiers, qui avaient été construites autour de Paris en 1841-1844 et déclassées en 1919. Ces constructions apportèrent une grande qualité architecturale et un confort nouveau. L'arasement des fortifs laissa aussi la place à une "ceinture verte" de stades et d'équipements sportifs.

Porte d'Orléans - Mémorial Général Leclerc

Porte d'Orléans - Mémorial Général Leclerc

Porte d'entrée stratégique au sud de Paris. Longtemps passage obligé du blé de la Beauce, qui était transformé en farine dans les moulins à vent du Petit Montrouge. Au XIXème siècle apparut le premier tramway, puis la ligne 4 du métro, en 1909. Le 25 août 1944, le Général Leclerc et sa 2ème division blindée entrèrent dans Paris par ici, marquant le début de la Libération. Le Mémorial Général Leclerc honore les 1800 soldats de la 2ème DB morts pour la libération de la France.

Eglise Saint-Pierre de Montrouge

Eglise Saint-Pierre de Montrouge

Eglise construite par Emile Vaudremer entre 1863 et 1872, à la suite de l'annexion du Petit Montrouge à Paris en 1860. Le 14ème arrondissement était né et en pleine expansion.

Cimetière de Montrouge

Cimetière de Montrouge

Ouvert en 1819, à l'époque sur la commune de Montrouge, puis annexé à Paris en 1860. Nicolas de Staël y est inhumé avec sa première compagne Jeanine Guillou. On retrouve également les tombes de Michel Audiard, Coluche, Henri Queffelec et Cécile Aubry.

Marché aux Puces de la Porte de Vanves et Théâtre 14 Jean-Marie Serreau

Marché aux Puces de la Porte de Vanves et Théâtre 14 Jean-Marie Serreau

Le marché aux Puces de la Porte de Vanves se tient toute l'année, les samedis et dimanches matins. Quatre cents antiquaires et brocanteurs professionnels y vendent objets anciens, tableaux, vaisselle, bijoux et dentelles. Un vrai régal pour les chineurs ! A gauche, le Théâtre 14 Jean-Marie Serreau, théâtre municipal créé en 1978, défend haut les couleurs de l'arrondissement, en collectionnant les récompenses artistiques.

Ancien chemin de fer de petite ceinture

Ancien chemin de fer de petite ceinture

Au milieu de cette étendue plate qui n'était que pépinières, exploitations maraîchères et horticoles, on ouvrit en 1867 le chemin de fer de la petite ceinture. Son activité cessa en 1934, les rails restèrent en l'état, et la flore et la faune l'envahirent tranquillement.

Atelier d'Alberto Giacometti

Atelier d'Alberto Giacometti

Le sculpteur suisse Alberto Giacometti travailla ici pendant près de 40 ans, jusqu'à sa mort en 1966. Dans un minuscule atelier sans aucun confort, il sut créer des oeuvres au rayonnement mondial, à commencer par ses "hommes marchant".

Fondation Cartier-Bresson

Fondation Cartier-Bresson

Fondation du photographe Henri Cartier-Bresson, installée dans une maison d'artiste de 1912. Sa façade, à mi-chemin entre art nouveau et art déco avec sa frise de feuilles de lierre jaunes et sa porte à motifs géométriques, fut primée au concours de façades de la ville de Paris. La fondation organise plusieurs expositions par an et encourage la création photographique par un prix décerné tous les deux ans.

Rue de la Gaité - Les théâtres

Rue de la Gaité - Les théâtres

Située autrefois à l'extérieur du Mur des Fermiers Généraux, c'était un pays de cocagne où le vin n'était pas taxé et où l'on venait s'amuser. Elle était réputée pour ses bals, cabarets et guinguettes... Ce sont désormais les théâtres et les restaurants qui l'animent chaque soir : le théâtre de la Gaité-Montparnasse (1868), le Théâtre Montparnasse (1819, reconstruit en 1886), Bobino, la Comédie-Italienne (1975), le Théâtre Rive Gauche. Autour du carrefour Edgar Quinet sont nés les cafés-théâtres parisiens des années 1970, comme le Café d'Edgar.

Tour Montparnasse

Tour Montparnasse

Ce gratte-ciel haut de 210 mètres, immeuble de bureaux où travaillent environ 5000 personnes, a été l'un des chantiers les plus controversés des années 1970. En tous cas, sa terrasse panoramique du 56ème étage offre l'une des plus belles vues sur la capitale !

Gare Montparnasse

Gare Montparnasse

La première gare Montparnasse (embarcadère du Maine) fut ouverte en 1840 pour desservir Versailles. Elle fut emportée par une tempête! Suivit aussitôt une deuxième gare, avec charpente métallique et verrière, destinée à desservir la Bretagne et l'ouest de la France. Le 25 août 1944, le Général Leclerc y reçut la reddition allemande qui libéra Paris. Cette gare fut démolie en 1965, laissant sa place à la tour Montparnasse. Une nouvelle et troisième gare fut construite un peu plus loins, en 1969. Depuis 1990, c'est la gare du TGV Atlantique.

IAURIF et Advancia

IAURIF et Advancia

Deux immeubles résolument contemporains. L'immeuble à façade lisse et verrière cintrée fut imaginé pour le siège du quotidien Le Monde en 1990, qui voulait évoquer sérieux, modernité et transparence. Depuis le départ du Monde, cet immeuble est le siège de l'IAURIF, Institut d'Architecture et d'Urbanisme de l'Ile-de-France. En face, la façade ondulante et colorée de l'Ecole Supérieure de Commerce Advancia est le résultat spectaculaire de la complète restructuration de 2010 par le cabinet Architecture Studio.

Musée du Montparnasse

Musée du Montparnasse

Le Musée se cache entre des maisons couvertes de vigne vierge. Il s'est installé dans un charmant chemin pavé, bordé d'ateliers d'artistes, où, en 1912, la russe Marie Vassilieff avait créé l'Académie du Montparnasse et ouvert une cantine bon marché, qui devint le repaire de la plupart des artistes de la future Ecole de Paris.

Musée Bourdelle

Musée Bourdelle

Le sculpteur Antoine Bourdelle, élève de Falguière et de Rodin, vécut et travailla ici de 1884 à 1929. Ses ateliers et ses collections, légués en grande partie à la ville de Paris, permirent l'ouverture du musée en 1949. Le jardin est peuplé des bronzes de Bourdelle. Le monumental cheval et les quatre personnages debout le long des arcades font partie du monument commandé par l'Argentine à Bourdelle en 1913 en l'honneur du général Alvear, qui est aujourd'hui l'un des monuments les plus populaires de Buenos-Aires.

Jardin Atlantique

Jardin Atlantique

Parc contemporain aménagé en 1994 sur la dalle qui recouvre les voies et les quais de la gare Montparnasse. Outre les pelouses qui font le bonheur des enfants du quartier, le Jardin Atlantique abrite le Mémorial Maréchal Leclerc et le Musée Jean Moulin. Le quartier de la gare, autrefois dense, populaire et insalubre, a fait l'objet de nombreuses démolitions dans les années 1970. Il ne reste donc plus rien de l'atelier où Paul Gauguin vivait en 1895, ni des trois ateliers successifs où le Douanier Rousseau, douanier de l'octroi de la porte de Vanves, peignait ses jardins exotiques imaginaires.

Place de Catalogne

Place de Catalogne

La place doit son nom à l'architecte catalan Ricardo Bofill qui construisit en 1985 l'ensemble de 600 logements intitulé "Les Colonnes". Leur originalité repose dans les deux grandes places piétonnes arrondies et leurs jardins, invisibles de la place, sur lesquels donnent les séjours des appartements. Le centre de la place de Catalogne est occupé par la fontaine « Le Creuset du temps », disque de pierre incliné imaginé par Shamaï Haber, artiste du quartier.

Eglise Notre Dame du Travail

Eglise Notre Dame du Travail

Construite pour accueillir les nombreux ouvriers installés à Plaisance, elle est contemporaine de l'Exposition Universelle de 1900, et son architecte Jules Astruc l'a conçue dans un style moderne, avec une ossature entièrement métallique, et des décors intérieurs art nouveau.

Mairie du 14ème arrondissement

Mairie du 14ème arrondissement

Commencée en 1852 pour la commune de Montrouge, elle devint mairie du 14ème lors de l'annexion de 1860, et s'agrandit de deux ailes latérales à la fin du XIXème siècle. Elle célébra trois des quatre mariages du peintre Foujita, ainsi que ceux de Salvador Dali et Alberto Giacometti. Le jardin, créé en 1862, fait partie des squares plantés sous le Second Empire par Alphand, le jardinier d'Haussmann, pour embellir et aérer Paris.

Rue Schoelcher - Picasso et Simone de Beauvoir

Rue Schoelcher - Picasso et Simone de Beauvoir

L'immeuble du n°11, avec ses grandes baies verticales, ses hauts volumes et ses mezzanines intérieures, date de 1927. Il visait la bourgeoisie éclairée, qui rêvait d'appartements aux allures d'ateliers d'artistes. Le 11 bis fut la demeure de l'écrivain Simone de Beauvoir, de 1955 à sa mort en 1986. L'extrémité de la rue présente plusieurs maisons bâties vers 1910. Le 5 bis fut l'atelier de Picasso de 1912 à 1917. Le 5 est un petit bijou art nouveau, avec ses fines céramiques autour de sa porte.

Chapelle de l'Oratoire

Chapelle de l'Oratoire

L'hôpital Saint-Vincent de Paul est ici depuis 1802. Avant lui se trouvait depuis le XVIIème siècle la Congrégation de l'Oratoire, démantelée à la révolution. Il en reste la Chapelle de l'Oratoire, élevée en 1655 par l'architecte Daniel Gittard.

Maison du Fontainier

Maison du Fontainier

Cette maison, située sur l'aqueduc de Marie de Médicis (1623), était le logement de ses fontainiers. En sous-sol, un grand réservoir alimentait en eau le jardin du Luxembourg et les fontaines publiques. Il cessa son activité en 1874, date de la mise en service des réservoirs de Montsouris, mais le bassin existe encore et peut être visité lors des Journées du Patrimoine.

Observatoire de Paris

Observatoire de Paris

Sa fondation fut décidée en 1667 par Colbert, ministre de Louis XIV. Conçu par l'architecte Claude Perrault et l'astronome Jean-Dominique Cassini. Les savants s'y succédèrent : la dynastie des Cassini au XVIIIème siècle ; Delambre et Méchain après la révolution; au XIXème siècle, Le Verrier découvrit Neptune, Arago vulgarisa la science, Foucault réalisa l'expérience du pendule et calcula la vitesse de la lumière. L'Observatoire de Paris est le plus ancien observatoire du monde encore en activité.

Carrefour de Port-Royal - La Closerie des Lilas

Carrefour de Port-Royal - La Closerie des Lilas

Au XIXème siècle, cette modeste guinguette fleurie devint un bal à la mode, qui lança des danses comme la Mazurka et le Scottish. En 1905, la Closerie devint café littéraire. Paul Fort, surnommé le prince des poètes, animait les soirées du mardi. Les peintres s'y pressaient aussi : Modigliani, Picasso, Braque, Léger et Derain. Et il paraît qu'Hemingway a passé tant de temps à écrire au bar, que la marque de son coude y est restée !

Ancienne abbaye - Eglise du Val de Grâce

Ancienne abbaye - Eglise du Val de Grâce

L'abbaye fut fondée en 1621 par Anne d'Autriche, épouse de Louis XIII. Quand elle tomba enceinte après 23 ans de mariage, elle promit, si elle avait un fils, d'élever une église au Val de Grâce. Ainsi, le dauphin tant désiré, Louis XIV, posa lui-même, à 7 ans, la première pierre de l'église royale du Val de Grâce commandée à l'architecte François Mansart. L'église fut terminée en 1667. Après la révolution, l'abbaye devint hôpital militaire d'instruction, et en 1979, un hôpital moderne fut bâti dans ses jardins.

Panthéon

Panthéon

Commandé par Louis XV, ce monument dessiné par Soufflot devait être la nouvelle église Sainte-Geneviève, digne d'accueillir des grands pèlerinages. Terminé en 1789, il fut transformé par les révolutionnaires en temple civique dédié aux hommes illustres, à commencer par les philosophes Voltaire et Rousseau. Aujourd'hui, au Panthéon national, soixante-sept personnalités reposent sous l'inscription "Aux grands hommes la patrie reconnaissante".

L'avis des clients (0 avis) Donnez votre avis

Donnez votre avis

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.